>Manga< Pandora Hearts-Jun Mochizuki

Oz Vessalius, 15 ans, est l’héritier d’un des quatre grands duchés du pays. Le jour de sa cérémonie de passage à l’âge adulte, des bourreaux masqués le précipitent dans un monde sombre et confus : l’Abysse, pour un crime dont il ignore tout. Dans cette prison à l’écart du temps, il rencontre Alice, une jeune fille aux pouvoirs mystérieux, qui lui propose de nouer un pacte pour l’arracher à ce cauchemar. Mais l’organisation secrète Pandora, qui a pour mission de lever le voile sur les mystères de l’Abysse, attend son retour de pied ferme…

*

Aujourd’hui je vais vous parler d’une oeuvre qui fait partie intégrante de moi, de ma vie.

J’ai découvert Pandora hearts en 2010, j’était en 6ème. Aujourd’hui la série se termine, nous sommes en 2016, je suis en Terminale.

C’est peu intéressant pour vous de savoir ça je suppose, mais c’est pour vous dire a quel point ce manga ma suivie pendant une période de ma vie que je qualifierait de difficile dans bien des domaines.

J’ai eu un véritable choc émotionnel quand j’ai terminée ce dernier tome, la même sensation que quand Harry Potter a été conclu.

L’histoire se passe dans un univers que je qualifierait a la fois de fantastique et de gotique.

Un très beau mélange entre Carroll et Poe/Lovecraft

Je n’ai jamais vu d’univers si poussé dans une oeuvre de type manga, un univers complexe où il faut avoir la patience et la réflexion pour parvenir a en comprendre toutes les facettes et les intrigues.

Je compare souvent les personnages de Pandora Hearts a ceux de George RR Martin, une comparaison bien étrange et singulière, mais qui a du sens et qui s’avère être vrai pour moi.

L’auteure a fait un véritable travail de psychologie sur tout les personnages, qu’ils soient de près ou de loin liés a l’intrigue principale. Et ce qui en fait sa force, c’est justement cette objectivité qui rend les protagonistes ni totalement méchants, ni totalement gentils et parsemés de secrets et d’intentions imprévisibles.

En effet, la mort peut toucher n’importe qui, et le mal n’est pas forcément ce que l’ont crois qu’il est. Et c’est ça qui est sublime et qui rend l’univers plausible et fort. (D’où la comparaison avec les personnages de GOT même si l’univers et le contexte sont radicalement différent )

Donc ce n’est pas une histoire a prendre avec légèreté, même si l’humour est continuellement présent ce qui ajoute un bon + a l’histoire.

Je ne peux que la conseiller, et je vais bien entendu mettre le coup de cœur (même si c’est plus que ça) et un beau 20/20 a cette histoire. ❤

________________________________________________________

Pour ceux qui ont lu le tome 24

j’ai beaucoup appréciée cette fin qui est finalement un peu ouverte, et qui m’a fait pleurer a chaudes larmes comme de toutes manière je l’espérai. Gilbert est mon personnage préféré et j’ai adorée avoir la fin de son point de vue.

Bref, encore merci Jun.

>Roman< Bel Ami-Maupassant

Georges Duroy, dit Bel-Ami, est un jeune homme au physique avantageux. Le hasard d’une rencontre le met sur la voie de l’ascension sociale. Malgré sa vulgarité et son ignorance, cet arriviste parvient au sommet par l’intermédiaire de ses maîtresses et du journalisme. Cinq héroïnes vont tour à tour l’initier aux mystères du métier, aux secrets de la mondanité et lui assurer la réussite qu’il espère. Dans cette société parisienne en pleine expansion capitaliste et coloniale, que Maupassant dénonce avec force parce qu’il la connaît bien, les femmes éduquent, conseillent, œuvrent dans l’ombre. La presse, la politique, la finance s’entremêlent. Mais derrière les combines politiques et financières, l’érotisme intéressé, la mort est là qui veille, et avec elle, l’angoisse que chacun porte au fond de lui-même.

*

Enfin j’ai lu un Maupassant!

Bel Ami est le livre préféré d’une de mes amies, et elle m’a harceler pour que je le lise pendant presque 2 ans.

Alors, je vais commencer par parler de la plume qui est un peu le point noir. J’ai trouvée le récit beaucoup trop descriptif (ce qui peut paraître étrange comme j’adore Zola ou Stendhal ) mais ici ça ne l’a pas fait avec moi.

Le synopsis n’a pas été terriblement attractif pour moi, même si au cours de ma lecture, j’ai retrouvée en Duroy un coté un peu Ms Darcy que j’ai beaucoup appréciée!  Ce coté également anti-héros me plait souvent dans les romans, c’est dix fois plus appréciable qu’un héro courageux et intelligent de mon point de vue héhé . Donc niveau personnage principal, j’ai été très surprise!

Pour l’intrigue, bon, effectivement, je n’ai pas été tellement emballée plus que ça.

Heureusement que Georges rattrape le tout en fait.

*

16/20

>Roman< Tristan et Iseut-Béroul

Pour reconstituer l’histoire des deux amants les plus célèbres de la littérature, il a fallu plonger aux origines de la légende, qui serait apparue autour du VIIe siècle, et rassembler les fragments de poèmes du XIIe, ceux de Béroul, de Thomas, puis de quelques autres. Ainsi nous est parvenue, ici interprétée par le poète Pierre Dalle Nogare, l’incomparable  » estoire  » de Tristan et Iseut, victimes d’un philtre magique et unis par une passion fatale. Amour, destruction et mort, le mystérieux breuvage scelle un destin tragique. Car Iseut la Blonde est mariée au roi de Cornouailles, le généreux Marc, et Tristan, pour tenter d’échapper au destin, épouse Iseut aux blanches mains. Et la légende est magnifique. Car la geste de Tristan, émouvante et terriblement humaine, n’est rien d’autre que la première version de l’éternel roman de la passion illégitime et impossible.

*

Alors… par où commencer ?

Je suis très friande d’histoire médiévales et arthurienne, et j’avoue que je ne connaissait que très vaguement (pour ne pas dire pas du tout) la légende de Tristan et Iseut.

J’ai choisie la version de Beroul parce que c’est la plus ancienne version connu a ce jour, mais je crois que je n’aurais pas dû commencer par celle-ci.

En effet les personnages étaient trop survolés, l’histoire balayé et j’ai vraiment l’impression d’avoir loupée quelque chose. Il est vrai que cette légende a été d’abord transmise oralement, et de ce fait tout le monde a l’époque de Beroul connaissaient déjà l’histoire. Je pense que c’est pour cela que l’auteur ne s’est pas cassé la tête si je puis dire.

Mais pour moi qui ne connaissait rien c’était pas très agréable à lire, même si j’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteur.

Bref, une lecture que je recommande si vous avez déjà des bases sur la légende, si vous êtes comme moi, je pencherait pour un autre auteur ( si vous en avez n’hésitez pas a me le faire savoir 😉 )

*

15/20

>Roman< Dragon de glace-George RR Martin

« D’un blanc cristallin, ce blanc dur et froid, presque bleu, le dragon de glace était couvert de givre ; quand il se déplaçait, sa peau se craquelait telle la croûte de neige sous les bottes d’un marcheur et des paillettes de glace en tombaient. Il avait des yeux clairs, profonds, glacés. Il avait des glaçons pour dents, trois rangées de lances inégales, blanches dans la caverne bleue de sa bouche. S’il battait des ailes, la bise se levait, la neige voltigeait, tourbillonnait, le monde se recroquevillait, frissonnait. S’il ouvrait sa vaste gueule pour souffler, il n’en jaillissait pas le feu à la puanteur sulfureuse des dragons inférieurs. Le dragon de glace soufflait du froid. »
*
En ce qui me concerne, je suis une grande fan de l’univers de Martin et c’était donc obligatoire que je lise ce petit  »conte » illustré par ailleurs par le grand Royo que j’admire.
Pour en revenir a l’histoire, je l’ai beaucoup apprécié.
La plume de l’auteur que l’on peut trouver complexe dans le trône de fer se trouve radouci dans cette oeuvre, et est facilement abordable même pour un enfant !
J’ai par ailleurs beaucoup aimée la fin, triste, mélancolique…
C’est une jolie histoire qui ravira beaucoup de monde même ceux qui ne connaissent pas encore l’univers de l’auteur.
*
20/20

>Roman< Casse Noisette-ETA Hoffmann

Le soir de Noël, Marie s’endort, entourée de ses cadeaux. Elle a couché Casse-Noisette, le pantin de bois, dans un lit de poupée. Mais, lorsque l’horloge sonne le douzième coup de minuit, les jouets s’animent ! Casse-Noisette se prépare à affronter le terrible Roi des Rats pour sauver une princesse victime d’une affreuse malédiction. Marie, qui assiste au combat, se retrouve entraînée dans une aventure fantastique et périlleuse…

*

Alors…

J’avoue avoir été bercée par la version film de Barbie que j’adorais.

J’ai donc très rapidement pris conscience que ça serait cool de lire la version originale quand même haha

Je reste assez mitigée sur cette lecture a vrai dire :/ J’ai trouvée le contre assez confus, les personnages encore une fois trop survolé ( le même sentiment que pour Peter Pan de Barrie) C’est vraiment la plume de l’auteur qui m’a coincée en fait.

Car l’histoire est quand même très originale et reste assez psychologique et dieu sait que j’aime ce genre de conte a deux interprétations.

La fin est comme une fin ouverte, on peux choisir de croire ou non a ce que raconte la jeune Marie, et j’aime cette liberté que l’auteur nous offre. Les enfants auraient plus tendance a croire l’héroïne alors que les adultes seraient enclin a mettre ses histoires sur le dos d’une maladie ou d’une imagination débordante…

Un ressentit donc assez confus pour a part

*

16/20

>Roman<La triste fin du petit enfant huître et autres histoires-Tim Burton

Fidèle à son univers d’une inventivité si particulière, mêlant cruauté et tendresse, macabre et poésie, Tim Burton donne le jour à une étonnante famille d’enfants solitaires, étranges et différents, exclus de tous et proches de nous, qui ne tarderont pas à nous horrifier et à nous attendrir, à nous émouvoir et à nous faire rire.
Un livre pour les adultes et pour l’enfant qui est en nous.

*

J’ai adorée ce petit recueil de plusieurs histoires toutes aussi étranges les unes que les autres. Je suis une grande fan de Burton a la base, et je dois dire qu’il excelle aussi bien en tant que réalisateur qu’écrivain !

Ce petit livre comporte beaucoup de poèmes et de courtes histoires souvent très triste et avec une petite morale qui mène a réfléchir.

Il fera partit des livres que je ferais lire a mes enfants plus tard, l’écriture est simple et sans ambiguïté, que l’on peut interpréter de différente manières selon l’âge et la maturité de chacun.

Un très bon investissement, car en plus d’être beau a l’intérieur, l’extérieur est tout aussi agréable! Je salue donc les édition 10/18 qui ont été au top! ( en plus il n’est pas cher du tout )

Si vous êtes fan de l’univers de Burton, c’est un livre a ne pas manquer!

*

20/20

>Roman< La 5e Vague-Rick Yancey

1ère Vague : Extinction des feux
2e Vague : Déferlante
3e Vague : Pandémie
4e Vague : Silence

La 5e Vague arrive…
Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir…

À l’aube de la 5e Vague, sur une bretelle d’autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper…Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés…
Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son seul espoir de sauver son petit frère, voire elle-même. Du moins, si Evan est bien celui qu’il prétend… Mais la jeune fille doit d’abord faire des choix : entre confiance et paranoïa, entre courage et désespoir, entre la vie et la mort. Va-t-elle baisser les bras et accepter son triste sort, ou relever la tête et affronter son destin ? Car ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.

*

Je lis enfin ce livre pil poil avant la sortie du film !

Moi qui n’est au départ pas fan de dystopie et de science fiction, je dois avouer que la 5e vague m’a beaucoup plu!

J’ai directement accrochée a la plume de Rick Yancey, et surtout a son univers. J’ai été totalement plongée dans l’histoire et même si cette idée d’extraterrestre peut paraître farfelu a première vue, elle m’a parut tellement plausible pendant ma lecture que c’était très frustrant.

J’ai beaucoup aimée les personnages, pas des ados invincibles de 16 piges sans peurs ni défauts! Et ça, ça fait du bien!

On semble aussi perdu que les personnages et ça donne au récit quelque chose de vraiment poignant qui nous empêche de refermer le livre.

Le seul coté négatif serait l’impression de récit un peu  » brouillon « . J’était parfois perdue dans toute les révélations et le changement très fréquent de point de vue.

Bref, j’ai pas vraiment grand chose d’autre a dire, mis a part que le tome 2 va pas tarder a arriver dans ma PAL et j’espère que le film sera a la hauteur!

*

17/20

>Manga< A Lollypop or A Bullet-Sakuraba & Sugimoto

Pour affronter le monde dans lequel elle vit, Nagisa, jeune collégienne de province élevée par sa mère, est à la recherche de « vraies balles ». Sa rencontre avec Mokuzu, fille d’un célèbre chanteur fraichement débarquée de Tokyo et qui prétend être une sirène, lui fera prendre conscience de cette tragédie nommée « amour », et lui révélera les douloureuses expériences de l’adolescence. Tiré d’un roman à succès de Kazuki Sakuraba, A Lollypop or A Bullet est une véritable ode à l’amour et au combat de la jeunesse pour la vie.

*

Ce n’est que très rarement que je fait des chroniques sur des œuvres de type manga, mais la je ne pouvais juste pas passée a coté tellement cette histoire est magnifique.

Comme vous l’auriez peut être remarqué, cette série se compose seulement de deux tomes, ce qui est très peu et du coup il s’agit d’un très bon investissement.

Déjà, Glénat a fait un véritable travail sur l’objet livre, avec des couvertures argentées et des tranches de pages colorées (bleu pour le tome  1 et rose pour le tome 2)

Parlons un peu de l’histoire sans trop vous en dire non plus..

On va suivre deux jeunes filles, tout d’abord Nagisa, elle vient d’une famille assez pauvre composé seulement de sa mère et de son frère. Son frère est un énergumène assez spécial et qui m’a beaucoup intrigué.

La deuxième jeune fille est Mokuzu, nouvelle arrivante dans sa classe, fille un peu bizarre que Nagisa va apprendre a connaître. Mokuzu serait la fille d’un chanteur (si mes souvenirs sont correct) mais serait également du genre a raconter beaucoup de mensonges un peu farfelus..

En effet, Mokuzu est vraiment un personnage spécial et plusieurs révélations qui sont apporté dans le tome 2 vous laisse le souffle coupé, il y a vraiment un travail de crédibilité derrière tout ses mensonges et j’ai trouvée ça vraiment génial.

Une saga très psychologique mais aussi très philosophique sur plusieurs problèmes liés a l’enfance et au passage a l’âge adulte.

Vraiment , un véritable coup de cœur pour moi, la fin est déchirante et vous laisse dans un état de légume.

Un seinen tout doux en apparence, par ses dessins magnifiques et très typer  »shojo ». Mais il ne faut absolument pas s’arrêter a ça, parce que l’histoire vaut vraiment le détour.

Ce manga est inspiré du roman de Kazuki Sakuraba, et pourquoi pas tenter le roman un jour même si je me suis pas encore renseignée sur sa parution en france ou même en anglais.

*

20/20

>Roman< L’Elue-Kiera Cass

La Selection prend un ultime tournant. Quant à America, sa vie à changée pour de bon. Et elle est decidée à se battre. Pour Maxon. Mais d’autres concurentes se sont dangereusement rapprochées du prince. La seule solution: Riposter.

*

C’est ainsi que devait se conclure cette trilogie, et j’avoue que je ne sais pas encore si je continue avec le tome 4 ou pas.

Ce troisième tome effleure le coup de cœur pour moi, un véritable mélange entre romance et action, car oui, il y a enfin de l’action!

Je ne peux pas dire grand chose étant donnée que le spoil serais facile a faire avec ce troisième tome.

J’ai vraiment été en accord avec América dans ce tome-ci, elle qui m’avais très déçue dans le 2 avec sa jonglerie entre Maxon et Aspen…

Ici elle s’est montrée très effronté comme j’aime, avec de la franchise et du courage.

J’ai aussi appris a aimer Aspen dans ce tome, alors que jusqu’ici je ne l’aimais pas du tout. Du coup je reste avec une bonne impression de tout les personnages qui sont assez bien développer je dois dire pour un roman YA

Le seul petit bémol serait la lenteur au début du roman, je suis restée a m’ennuyer pendant au moins les 100-150 premières pages… Mais après, et surtout vers la fin, tout s’enchaîne très vite et les événements m’ont pris de cour.

Un tome très bon pour conclure l’histoire d’America

*

19/20

>Roman< Peter Pan – JM Barrie

Peter Pan enlève Wendy et ses frères. Il les conduit au Pays Imaginaire où il règne en maître sur les enfants abandonnés. La lutte contre le Capitaine Crochet est sans merci. La jalousie de la fée Clochette est sans pitié pour Wendy… Et le dévouement de Wendy pour les enfants sans mère est sans limite.

*

Ça sera une chronique assez courte comme ce livre m’a laissée un peu indifférente.

Je n’ai jamais été une grande fan de Peter Pan, je n’ai jamais aimée le Disney, le film de PJ Hogan par contre m’a suivie pendant une partie de mon enfance. J’ai été ravie de constater que le réalisateur a suivi bon nombre de choses qui sont dans le roman original. Mais cette ambiance féerique et assez louche que j’avais adoré dans de film, je ne l’ai pas retrouvée dans le roman.

J’ai trouvée l’écriture de Barrie insipide et sans émotions, on ne s’attache pas aux personnages, on ne ressent rien, et les événement sont décrit trop rapidement a mon gout.

Les événements s’enchaîne et on a finalement pas le temps de découvrir et de bien cerner les personnages qui ont pourtant un bon potentiel.

Bref pour moi il manquait clairement quelque chose, l’histoire aurait du être plus développé.

*

14/20