>Manga< A Lollypop or A Bullet-Sakuraba & Sugimoto

Pour affronter le monde dans lequel elle vit, Nagisa, jeune collégienne de province élevée par sa mère, est à la recherche de « vraies balles ». Sa rencontre avec Mokuzu, fille d’un célèbre chanteur fraichement débarquée de Tokyo et qui prétend être une sirène, lui fera prendre conscience de cette tragédie nommée « amour », et lui révélera les douloureuses expériences de l’adolescence. Tiré d’un roman à succès de Kazuki Sakuraba, A Lollypop or A Bullet est une véritable ode à l’amour et au combat de la jeunesse pour la vie.

*

Ce n’est que très rarement que je fait des chroniques sur des œuvres de type manga, mais la je ne pouvais juste pas passée a coté tellement cette histoire est magnifique.

Comme vous l’auriez peut être remarqué, cette série se compose seulement de deux tomes, ce qui est très peu et du coup il s’agit d’un très bon investissement.

Déjà, Glénat a fait un véritable travail sur l’objet livre, avec des couvertures argentées et des tranches de pages colorées (bleu pour le tome  1 et rose pour le tome 2)

Parlons un peu de l’histoire sans trop vous en dire non plus..

On va suivre deux jeunes filles, tout d’abord Nagisa, elle vient d’une famille assez pauvre composé seulement de sa mère et de son frère. Son frère est un énergumène assez spécial et qui m’a beaucoup intrigué.

La deuxième jeune fille est Mokuzu, nouvelle arrivante dans sa classe, fille un peu bizarre que Nagisa va apprendre a connaître. Mokuzu serait la fille d’un chanteur (si mes souvenirs sont correct) mais serait également du genre a raconter beaucoup de mensonges un peu farfelus..

En effet, Mokuzu est vraiment un personnage spécial et plusieurs révélations qui sont apporté dans le tome 2 vous laisse le souffle coupé, il y a vraiment un travail de crédibilité derrière tout ses mensonges et j’ai trouvée ça vraiment génial.

Une saga très psychologique mais aussi très philosophique sur plusieurs problèmes liés a l’enfance et au passage a l’âge adulte.

Vraiment , un véritable coup de cœur pour moi, la fin est déchirante et vous laisse dans un état de légume.

Un seinen tout doux en apparence, par ses dessins magnifiques et très typer  »shojo ». Mais il ne faut absolument pas s’arrêter a ça, parce que l’histoire vaut vraiment le détour.

Ce manga est inspiré du roman de Kazuki Sakuraba, et pourquoi pas tenter le roman un jour même si je me suis pas encore renseignée sur sa parution en france ou même en anglais.

*

20/20

Publicités