>Roman< L’île des oubliés -Victoria Hislop

Saga familiale bouleversante et vibrant plaidoyer contre l’exclusion, ce roman d’évasion plein d’émotion et de suspense nous emporte sur une île au large de la Crète, Spinalonga, l’île des lépreux.

Alexis, une jeune Anglaise, ignore tout de l’histoire de sa famille. Pour en savoir plus, elle part visiter le village natal de sa mère en Crète. Elle y fait une terrible découverte : juste en face du village se dresse Spinalonga, la colonie ou l’on envoyait les lépreux… et ou son arrière-grand-mère aurait péri.

Quels mystères effrayants recèle cette île des oubliés ? Pourquoi la mère d’Alexis a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la bouleversante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets…

 source: livraddict

*

Je devais lire ce livre pour la rentrée et, comme souvent, je m’attendais a m’ennuyer pendant ces 500 pages.

Et ce fût finalement un gros coup de cœur pour ce roman qui ma bouleversée!

Malgré un début un peu longuet, j’ai été très vite prise dans cette histoire hors du commun et heureusement, parce que je vous laisse imaginer ma tête quand j’ai vu l’épaisseur du livre a la librairie…

Comme ce livre est une lecture commune avec le lycée, je vais détailler un avis sur chaque personnages , mais je vais faire en sorte de ne rien spoiler 😉

On commence l’histoire avec Alexis, qui veut découvrir pourquoi sa mère Sophia a rompu tout lien avec son passé…bref, lisez le résumé :0 Ce personnage est finalement pas très présent dans ce livre, donc elle ne m’a pas intéressée plus que ça.

 L’arrière grand mère , Eleni, est un personnage très fort et qui m’a beaucoup plus, même si son histoire est  celle qui ma passionnée le moins.

L’arrière grand père, Giorgis, a été par contre un de mes personnages préféré! Il symbolise l’homme qui est fort et qui subit tout les malheurs du monde.

La grand mère, Anna , a été au début un personnage coup de cœur, car pour moi, une petite fille qui subit des événement pareil devais réagir de cette façon ( comparée a sa sœur Maria qui a 10 ans était déjà une sainte et qui avais un comportement d’adulte, ce qui n’était pas crédible pour moi)  mais je pensais qu’avec le temps elle allais devenir plus mure, ce qui n’a pas été le cas, et je me suis mise a la détester a un point! Je suis même contente de la façon dont elle a fini!

Maria, la sœur d’Anna, étais comme je viens de vous le dire un peu trop blanche. Elle n’a pas de défaut, ne se plaint jamais, aide son père sans jamais se rebeller, elle a subit des événement tragique qu’elle accepta sans vraiment avoir de réaction appropriée a mon gout. Finalement, elle m’a autant énervée qu’Anna a certains moment, mais elle reste un des personnage qui ma le plus intéressé.

Pour finir, Fotini, la meilleure amie de Maria et celle qui a servie de compteuse dans ce roman, elle représente a a foi le passé et le présent, et je pense qu’elle aurais même autan souffert de cette histoire que les principales aïeules d’Alexis. Sophia et elle sont les deux personnages a qui je me suis attachée, et qui pour moi on eu des réactions plausible.

J’ai appris beaucoup de chose notamment sur la maladie de la Lèpre, ainsi que sur le mode de vie des crétois, et des grecs entre autres. J’ai aussi découvert la résistance crétoise de la deuxième guerre mondiale, ce fut une période du roman qui m’a beaucoup plût également.

 C’est un roman que je conseil, et qui mérite amplement le prix qu’il a reçu!
 ps: j’ai pas parlée de la famille Vandoulakis, tout simplement parce que elle me sort pas les trous de nez
*
18/20